Culture

 

Plusieurs facteurs ont contribué à la spécificité culturelle et artistique du Québec. Terre d’immigration, riche de l’apport des peuples amérindiens puis d’influences venues de la France, des îles britanniques et d’ailleurs, le Québec profite encore aujourd’hui des rapports étroits entretenus avec les civilisations européenne et américaine, qui l’ont aidé à se définir. En même temps, seule société majoritairement francophone de l’Amérique du Nord, le Québec nourrit un attachement particulier pour sa culture, symbole même de son identité.

Langue française

La langue française est l’une des dimensions les plus importantes de l’héritage culturel québécois. Pour la préserver, le gouvernement du Québec a adopté en 1977 la Charte de la langue française, de laquelle découle la politique linguistique québécoise.

Quatre organisations interviennent dans les dossiers relatifs à la valorisation du français au Québec.

L’Office québécois de la langue française est notamment responsable :

  • de la définition de la politique québécoise en matière d’officialisation linguistique et de la terminologie;
  • de la francisation de l’Administration et des entreprises;
  • du respect de la Charte de la langue française;
  • du suivi de la situation linguistique au Québec.

La Commission de toponymie gère les noms de lieux du Québec. Elle est chargée :

  • de leur inventaire;
  • de leur officialisation;
  • de leur diffusion.

Le Conseil supérieur de la langue française :

  • fournit au ministre responsable de la Charte de la langue française des avis sur des questions portant sur la langue française au Québec;
  • saisit le ministre responsable de la Charte de tout dossier relatif à la langue française au Québec qui appelle l’action ou l’attention du gouvernement.

Le Secrétariat à la politique linguistique :

  • soutient le ministre responsable de la Charte de la langue française;
  • assume, au sein de l’administration publique, une mission de coordination, de concertation et de promotion de la politique linguistique du Québec.
Haut de page 

Patrimoine culturel

Loi sur le patrimoine culturel

La Loi sur le patrimoine culturel est entrée en vigueur le 19 octobre 2012. Elle a remplacé la Loi sur les biens culturels, datant de 1972.

La nouvelle loi élargit la notion de « patrimoine culturel » afin de protéger les éléments historiques et patrimoniaux du Québec appartenant aux neuf catégories suivantes :

  • documents patrimoniaux;
  • objets patrimoniaux;
  • immeubles patrimoniaux;
  • sites patrimoniaux;
  • patrimoine immatériel;
  • paysages culturels patrimoniaux;
  • personnages historiques;
  • événements historiques;
  • lieux historiques.

Les biens culturels sont jugés en fonction de leur valeur :

  • archéologique;
  • architecturale;
  • artistique;
  • emblématique;
  • ethnologique;
  • historique;
  • identitaire;
  • paysagère;
  • scientifique;
  • technologique;
  • urbanistique.

La loi donne également au gouvernement, au ministre de la Culture et des Communications, aux municipalités et aux communautés autochtones des pouvoirs distincts qui leur permettent d’attribuer différents statuts à des éléments du patrimoine culturel. Ces pouvoirs sont :

  • la déclaration;
  • la désignation;
  • la citation;
  • le classement;
  • l’identification.

Fonds du patrimoine culturel québécois

Le Fonds du patrimoine culturel québécois est voué à la préservation et à la diffusion d’éléments historiques. Il compte cinq volets distincts :

  • les biens protégés par le gouvernement du Québec;
  • les bâtiments et sites dont l’intérêt patrimonial est significatif;
  • les œuvres d’art intégrées à l’architecture et à l’environnement;
  • les expositions permanentes des institutions muséales;
  • la réalisation d’études et d’activités de diffusion, de sensibilisation, d’inventaire et de mise en valeur du patrimoine culturel.

Centre de conservation

Le Centre de conservation restaure et revalorise le patrimoine mobilier québécois. Son action vise ainsi à rendre accessibles aux générations actuelles et futures les vestiges culturels québécois.

Haut de page 

Soutien de l’État

Accessibilité des citoyens à la culture

L’État québécois valorise grandement l’accessibilité aux établissements culturels en offrant aux citoyens et citoyennes la possibilité de visiter gratuitement ou à un prix modique différentes institutions, comme les bibliothèques publiques ou les musées. Des partenariats avec les établissements scolaires favorisent aussi l’accès des élèves à la culture. La population québécoise peut donc participer à de nombreuses activités culturelles partout sur son territoire, et ce, tout au long de l’année.

L’expertise et le talent québécois dans les divers domaines de la culture se manifestent aussi dans les grandes fêtes accueillant les meilleurs artistes du Québec et du monde entier. Toutes les disciplines artistiques trouvent en effet leur place dans les nombreux festivals présentés partout sur le territoire québécois, en particulier pendant la période estivale.

Action du gouvernement en matière de culture

L’engagement de l’État québécois dans le domaine de la culture est tangible grâce à l’action déterminante de trois organisations :

Ministère de la Culture et des Communications

Créé en 1961 sous le nom de ministère des Affaires culturelles, le ministère de la Culture et des Communications est responsable de l’ensemble des politiques culturelles québécoises. Son rôle consiste à favoriser l’affirmation de l’identité culturelle, à encourager le développement de la création artistique et à promouvoir l’accès et la participation des citoyens et citoyennes aux manifestations culturelles. Pour remplir sa mission, le Ministère est appuyé par un réseau d’organismes publics et de sociétés d’État.

Le Ministère s’implique dans tous les secteurs des arts, de la culture et des communications au Québec :

  • arts de la scène;
  • arts visuels, architecture et métiers d’art;
  • cinéma et audiovisuel;
  • lecture et livre;
  • médias et multimédia;
  • muséologie;
  • patrimoine;
  • télécommunication et télédistribution;
  • conditions socioéconomiques des artistes;
  • éducation et formation;
  • loisir culturel;
  • développement culturel sur le plan local et régional;
  • diffusion et mise en marché sur la scène internationale.

Conseil des arts et des lettres

La mission du Conseil des arts et des lettres consiste à soutenir, sur l’ensemble du territoire québécois, la recherche et la création artistique et littéraire, l’expérimentation ainsi que la production et la diffusion dans tous les domaines culturels québécois. Le Conseil accorde des subventions aux créateurs et aux organismes culturels et permet aux artistes, aux écrivains et écrivaines et à leurs œuvres de rayonner sur la scène internationale.

Société de développement des entreprises culturelles

La Société de développement des entreprises culturelles est l’organisme voué au développement de l’aspect commercial, voire industriel, de la vie artistique québécoise. Son champ d’action couvre les médias ainsi que les entreprises des secteurs du cinéma et de la télévision, des métiers d’art, du disque et du spectacle de variétés, du livre, de l’édition spécialisée et du multimédia.

Haut de page 

Prix et concours

Le Québec administre ou soutient des prix et des concours dans plusieurs domaines culturels.

Le ministère de la Culture et des Communications gère entre autres, les concours tenus en vertu de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics, selon laquelle environ 1 % du budget de construction ou d’aménagement d’un site public doit être consacré à la réalisation d’œuvres d’art publiques.

Des bourses sont aussi remises aux artistes professionnels et aux artistes en formation par l’entremise du Conseil des arts et des lettres ou du Conservatoire de musique et d’art dramatique.

Prix du Québec

Plus hautes distinctions remises dans le domaine culturel québécois, les Prix du Québec sont décernés chaque année pour couronner l’œuvre et la carrière de personnalités qui ont su s’illustrer dans les domaines des arts visuels et des métiers d’art, des arts de la scène, de la littérature, du cinéma, du patrimoine, de l’architecture et du design, de la radio et de la télévision et de la promotion de la langue française.

Les Prix du Québec font aussi l’objet d’un concours pour la création de la médaille remise aux lauréats et lauréates.

Haut de page 

Pour en savoir plus