Géographie

 

Territoire

Le territoire québécois est constitué de terres, d’eaux douces et d’un milieu marin qui englobe le fleuve et le golfe du Saint-Laurent ainsi que les échancrures de la baie James, de la baie d’Hudson, du détroit d’Hudson et de la baie d’Ungava. Au Québec, les terres de propriété privée ne représentent qu’une toute petite portion du territoire. Tout le reste est géré par l’État.

Les gestionnaires de ce territoire public sont le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Ces ministères interviennent sur le plan de l’utilisation et de la mise en valeur du territoire et des ressources forestières, minérales et énergétiques.

Situé au nord-est de l’Amérique du Nord, le Québec est la plus grande des 10 provinces canadiennes. Son territoire s’étend sur 1 667 712 km2. Il représente plus de trois fois la superficie de la France et plus de 40 fois celle de la Suisse. Le Québec est également une péninsule bordée sur trois côtés par l’océan Atlantique, la mer du Labrador et la baie d’Hudson.

Près de 80 % de la population du Québec est concentrée dans les régions des basses-terres du Saint-Laurent, autour de la péninsule de la Gaspésie, du Saguenay, du lac Saint-Jean et de l’Abitibi. La moitié des 8,1 millions d’habitants occupe moins de 1 % du territoire dans les zones plus fortement urbanisées.

Haut de page

Géologie

Le Québec comprend trois grandes régions géologiques. Il s’agit de la Plate-forme du Saint-Laurent, au pourtour du fleuve Saint-Laurent, encastrée entre le massif précambrien du Bouclier canadien au nord et la région des Appalaches au sud.

Le Bouclier canadien occupe près de 90 % de la superficie du Québec. Ce socle rocheux date du Précambrien, l’ère la plus longue et la plus ancienne des temps géologiques (de 4,3 milliards à 540 millions d’années). Il est formé en grande partie de roches ignées intrusives, mais aussi de roches sédimentaires et volcaniques, généralement plissées et métamorphisées. Cette région forme un plateau dont le relief est accentué au sud par la chaîne de montagnes des Laurentides.

La Plate-forme du Saint-Laurent est constituée de roches sédimentaires anciennes (de 570 à 430 millions d’années) disposées plus moins horizontalement qui proviennent principalement de l’accumulation de sédiments sous la mer ou à proximité d’une mer.

La région des Appalaches représente une ancienne chaîne de montagnes (de 600 à 300 millions d’années) localisée au sud du fleuve Saint-Laurent. Elle est principalement constituée de roches sédimentaires et volcaniques, ainsi que de quelques unités intrusives plus ou moins métamorphisées.

Au fil du temps, l’érosion (notamment par l’action des glaciers) a aplani les sommets de ces formations montagneuses, dont l’altitude moyenne est maintenant d’environ 300 à 600 m.

Le point culminant du Québec est le mont D’Iberville, avec 1 652 m d’altitude. Il se trouve dans la chaîne des Torngat, au Nunavik. Le deuxième est le mont Jacques-Cartier (1 268 m), dans le massif des Chic-Chocs, en Gaspésie.

Haut de page

Climat et saison

Le climat froid et humide du Québec est grandement déterminé par sa position nordique et maritime. Ce climat, sur un territoire aussi vaste que celui du Québec, est caractérisé par des écarts importants de température et des précipitations dans les diverses régions, en fonction de la latitude, du relief et de l’influence maritime.
Près de 80 % de la population est établie le long des rives du Saint-Laurent, dans une zone au climat tempéré de type continental où se succèdent quatre saisons bien distinctes : le printemps, l’été, l’automne et l’hiver.

Quatre types de climat

Climat continental humide

Le climat continental humide, localisé au sud du 50e degré, est caractérisé par un été chaud et légèrement humide, ainsi qu’un hiver froid et plutôt long. L’amplitude thermique (différence entre les hautes et basses températures) de ce climat est approximativement de 30 ºC. Les précipitations sont importantes tout au long de l’année. Elles dépassent généralement 900 mm.

Climat subarctique

Le climat subarctique, situé entre les 50e et 58e degrés, se compose d’un hiver très froid et long et d’un été court et frais. Les précipitations sont peu abondantes. Les températures moyennes annuelles de Chapais et de Natashquan se situent près du point de congélation.

Climat arctique

Le climat arctique, présent à l’extrême nord, est défini par un hiver rigoureux, très froid et sec et une courte saison de dégel. À Kuujjuaq, la période sans gel est de 115 jours par année. Les faibles précipitations enregistrées, qui n’atteignent pas 530 mm par année, demeurent les moins élevées au Québec

Climat maritime de l’Est

Le climat maritime de l’Est se trouve aux Îles-de-la-Madeleine. L’hiver est assez long, mais relativement doux, et l’été est court, chaud et pluvieux.

Quatre saisons

Le printemps

Bien qu’il ne faille pas se fier à la température, le printemps commence officiellement à l’équinoxe du printemps, autour du 20 mars. Le temps s’adoucit, la neige commence à fondre et les érables se mettent à couler.

L’été

Des journées chaudes et plus longues signalent le début de l’été, qui commence au solstice d’été, vers le 20 juin, et s’échelonne jusqu’au 20 septembre. L’été au Québec est chaud et humide. Dans les villes, il fait chaud généralement jusqu’à la fin du mois d’août. Les températures peuvent atteindre 35 ºC en période de canicule (généralement en juillet).

L’automne

La première journée officielle de l’automne arrive autour du 21 septembre, ce qu’on appelle l’équinoxe d’automne. Dès la fin de septembre, les forêts se colorent de teintes chaudes : rouge, jaune, orange... La cause principale de la coloration des feuilles à l’automne est la diminution de la lumière résultant des journées plus courtes. Mi-novembre, les arbres ont perdu leurs feuilles, le mercure tourne autour du point de congélation et les risques de précipitations de neige augmentent.

L’hiver

C’est au solstice d’hiver, autour du 21 décembre, que l’hiver commence officiellement dans l’hémisphère nord. L’hiver au Québec est froid et neigeux. De la mi-décembre à la mi-mars, les températures se situent entre -15 ºC et -20 ºC, mais varient parfois brusquement dans un intervalle de 24 heures.

Haut de page

Végétation

Ce sont surtout des facteurs climatiques qui déterminent la répartition de la végétation sur le territoire québécois. Dans la plaine du Saint-Laurent, le climat change graduellement du sud-ouest vers le nord-est. De plus, dans le Québec méridional, les variations d’altitude, si elles sont importantes, peuvent entraîner un étagement de la végétation comparable aux changements causés par la latitude. La nature du sol, le relief et les perturbations, comme les feux de forêt, les épidémies et les coupes, affectent aussi la distribution de la végétation.

Le Québec est partagé en trois zones de végétation :

  • la zone tempérée nordique, dominée par des peuplements feuillus et mixtes;
  • la zone boréale, caractérisée par des peuplements de conifères sempervirents;
  • la zone arctique, marquée par une végétation arbustive et herbacée.
Haut de page

Biodiversité – Aires protégées

Par sa situation géographique et son étendue, le Québec jouit d’une grande diversité biologique. Pour la préserver, différents territoires représentatifs d’échantillons typiques de la biodiversité du Québec bénéficient d’une protection qui les met ainsi à l’abri de l’exploitation commerciale des ressources naturelles. Ces territoires, qu’il s’agisse de parcs nationaux, de parcs marins, de réserves écologiques, de réserves de biodiversité ou autres, contribuent à la préservation des écosystèmes et au maintien des processus naturels.

Faune

C’est le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs qui est responsable de la gestion de la faune et de ses habitats. Actuellement, la faune québécoise regroupe environ 650 espèces de vertébrés réparties dans tous les grands groupes d’animaux, soit les mammifères, les oiseaux, les poissons, les amphibiens, les reptiles et les tortues. En plus de ces animaux, elle comprend plusieurs milliers d’espèces d’invertébrés, dont le plus grand groupe est constitué d’environ 30 000 espèces d’insectes.

Flore

Le gouvernement s’est engagé dans la conservation de la flore et de la faune avec l’adoption de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables. Le ministère de l’Environnement, à qui incombait l’application de cette loi, a mis sur pied, en 1988, le Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec afin d’orienter les actions à mettre en œuvre en matière de protection de la faune et de la flore.

Haut de page

Information géographique

Les connaissances géographiques (cartes, données, images) des ministères et organismes du gouvernement du Québec qui sont disponibles sont documentées sur Géoinfo – L’outil de recherche. On y trouve aussi une carte interactive qui permet de découvrir le territoire québécois et sur laquelle il est possible de localiser des données géographiques produites par l’État.

Pour en savoir plus

Haut de page